Mercredi des Cendres : Jésus nous invite

     Aujourd’hui, Mercredi des Cendres, ouverture ecclésiale d’une longue marche qui conduit à l’ultime traversée et fait toutes choses nouvelles. Le croyons-nous vraiment ?

Jardin Haïti    En cette période troublée et troublante que nous vivons d’un bout à l’autre de la planète, écoutons le prophète Isaïe : « Voici que je fais une chose nouvelle : elle germe déjà, ne la voyez-vous pas ? » Is 43,16. « Si je traverse les ravins de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi : ton bâton me guide et me rassure. » Ps 22,4.

    Aujourd’hui, un cri retentit : « Revenez à moi de tout votre cœur » Joël 2,12. En écho à cet appel déchirant de Dieu à notre égard résonne la clameur du psalmiste « Aujourd’hui, écouterez-vous ma Parole : ne fermez pas votre cœur » Ps 94.

    Aujourd’hui, Jésus nous sollicite : « Si vous voulez vivre comme des justes, évitez d’agir devant les hommes (devant vos semblables) pour vous faire remarquer » Mt 6,1. Vivre comme des justes, comme des personnes ajustées à Dieu.

PrierJésus commente cette invitation dans les trois paraboles qu’il raconte au sujet des manières de faire de Dieu, notre Père, et au sujet des nôtres : « Quand tu fais l’aumône, que ta main gauche ignore ce que donne ta main droite ; quand tu pries, retire-toi au fond de ta maison, ferme ta porte ; quand tu jeûnes, parfume-toi la tête et lave-toi le visage ! »

    Que ce temps de Carême nous donne d’apprendre à cultiver le regard du Père « qui voit dans le secret ».

Flamme de bougieDieu, notre Père, nous te rendons grâce pour tous les gestes de solidarité, de disponibilité, de dépassement de soi, de créativité artistique, les moyens de communication pour rompre l’isolement,

Dieu, notre Père, développe en nous la gratuité qui passe par la disponibilité, le service, la gentillesse, la bonté sans mesure,

Dieu, notre Père, apprends-nous le recueillement pour écouter la Source « qui jaillit et court bien que ce soit de nuit ».

Apprends-nous à vivre ce retrait et cette écoute intérieure, y compris au cœur d’une journée débordante d’activités.

Dieu, notre Père, donne-nous d’entrer dans Ta joie. Toi, qui organises une fête grandiose quand tu retrouves ton fils perdu et te laisses parfumer par une femme de mauvaise vie, peu de jours avant ta mort.

            « Aujourd’hui, c’est le moment favorable », nous sommes appelés à vivre silence et Espérance dans le brouillard du quotidien et à mettre toutes nos forces pour développer une solidarité internationale et une fraternité sociale.

                    Ecoutons le Pape François nous le demander avec insistance, dans sa dernière encyclique :

« J’invite à l’Espérance […] Elle nous parle d’une soif, d’une aspiration, d’un désir de plénitude, de vie réussie, d’une volonté de toucher ce qui est grand, ce qui remplit le cœur et élève l’esprit vers les grandes choses, comme la vérité, la bonté et la beauté, la justice et l’amour. […] L’espérance est audace, elle sait regarder au-delà du confort personnel, des petites sécurités et des compensations qui rétrécissent l’horizon, pour s’ouvrir à de grands idéaux qui rendent la vie plus belle et plus digne ». N° 55.

 

 

Laisser un commentaire

11 + deux =