L’onction de Béthanie

Méditation du Lundi Saint (Jean 12, 1-11)
Ils sont venus, les jours de la passion, l’heure approche où le Fils de l’homme va donner librement sa vie pour le salut de l’humanité. « Six jours avant la Pâque », Jésus prévient ses disciples : « Moi, vous ne m’aurez pas toujours ». Il approuve ainsi le geste de Marie à son égard : un geste d’amour accompli, selon lui, « en vue de son ensevelissement ». L’odeur du parfum de grand prix répandu sans calcul, emplit la maison. Loin de s’en réjouir, Judas s’indigne : « il eût mieux valu en donner le prix aux pauvres ! » Jésus, qui sait ce qu’il y a dans l’homme, souligne l’urgence à l’honorer lui, sans pour autant négliger les pauvres. Il oriente ainsi nos regards vers l’essentiel : pendant les six jours qui nous préparent à Pâques, suivre pas à pas « Celui que le Père nous a donné pour frère, pour compagnon et pour maître », comme le dit Jean de la croix. (II Montée du Carmel 22,5), et le reconnaître aussi dans les plus démunis face au fléau qui accable le monde aujourd’hui.
Sœur Marie Madeleine

Un

Laisser un commentaire

dix − trois =