Joyeuse Pâque de résurrection

Joyeuse Pâque de Résurrection !!!
C’est ce que vous souhaitent les sœurs d’Amérique centrale

Ici, comme dans beaucoup de pays où la Congrégation est présente, nous avons vécu presque tout le temps du Carême en confinement, un temps bien particulier : pas de rassemblement en paroisse, pas de Chemin de Croix, pas de processions pour la Semaine Sainte, les rues vides ; et encore moins de mission à l’extérieur, dans des petits villages, comme nous en avons l’habitude à cette période.
Mais Dieu nous a invitées à vivre ce temps autrement. Chaque communauté s’est organisée pour intensifier les moments de prière, ruminer plus longuement la Parole, et accompagner ainsi tous ceux qui souffrent de la pandémie. Pour nous aider à « soigner notre vie spirituelle », tous les vendredis, à la Maison centrale nous avons fait le Chemin de croix.

Malgré cette dure réalité, c’est aussi un temps favorable pour « soigner la vie fraternelle », changer de rythme, réfléchir, partager et passer plus de temps ensemble. C’est aussi l’occasion de réaliser des activités que nous ne faisons pas d’habitude, comme la couture ou la broderie. D’autres continuent de suivre leurs cours en ligne.
Nous avons suivi les principales célébrations de l’Eglise, à la TV.
Ici, au Honduras, il ya eu quelque chose d’impressionnant : le Vendredi Saint, des statues du Chemin de Croix, dont celles de Jésus et Marie, ont circulé en voiture dans toute la ville de Tegucigalpa et Comayaguela. Elles s’arrêtaient dans chaque paroisse pour une station préparée par le curé lui-même. L’Eglise a essayé ainsi d’adapter ces traditions sans lesquelles, pour les gens, il n’y a pas de Semaine Sainte. Quand ils voyaient passer les statues, avec foi, ils sortaient avec des foulards blancs et tombaient à genoux sur les trottoirs en priant pour tout ce que le monde est en train de vivre.
En même temps, nous avons ressenti une certaine tristesse de voir les rues vides, tout le monde enfermé, et la Passion que Jésus continue de souffrir aujourd’hui dans les malades et les médecins, fatigués par cette pandémie, non seulement chez nous, mais dans le monde entier.
Malgré tout, la Joie de Pâques nous fait garder l’espérance et la confiance.
De loin, nous restons unies par la prière et confiantes dans l’Amour Miséricordieux de Jésus Ressuscité qui ne nous abandonne pas. Il marche à nos côtés, « bien que ce soit de nuit. »

Les Sœurs d’Amérique Central

Voir la photo de broderie confectionnée par les sœurs

Un

Laisser un commentaire