Eté 2021 – 4ème vague Covid au Vietnam, c’est le temps de la charité et de la solidarité !

La communauté du Viêt-Nam nous partage comment le peuple vietnamien vit le confinement avec courage,

comment les sœurs cherchent à s’engager avec d’autres au service des plus pauvres.

Le coronavirus est revenu. Il a éclaté sur la terre vietnamienne pour la quatrième fois depuis le 27 avril 2021. C’est la plus forte et la plus grave vague et elle dure sans en voir la fin… Le 9 Juillet, le gouvernement a émis la directive 16 :  un confinement strict pour les grandes villes, les plus touchées par la Covid. Interdit de sortir sans raison. Les gens qui vont au travail doivent avoir des autorisations, les ouvriers restent « trois sur place », c’est-à-dire : manger, dormir et travailler dans l’entreprise, sans retourner chez eux, sans sortir. Il n’y a plus de messes.

IMG-20211014-WA0001Tout est fermé. Les restaurants sont fermés, peu à peu les marchés traditionnels aussi, sauf les entreprises qui fabriquent des produits nécessaires. Alors, il y a beaucoup de chômeurs, les gens ont faim. Certains ne peuvent faire de réserves, faute d’argent ou de frigo pour stocker. Beaucoup de personnes rentrent dans leur région en moto, à pied… car les cars n’ont pas la permission de rouler.

Les hôpitaux sont débordés, on a créé des hôpitaux provisoires. Le personnel médical est épuisé, tous en service, comme notre sœur Hien. Des médecins et étudiants en médecine d’autres régions viennent à Ho Chi Minh Ville pour aider. L’évêque a appelé les religieux qui ne sont pas du domaine médical à s’engager auprès des malades du covid. 400 religieux ont déjà répondu à cet appel, malgré les dangers qui les attendent. Notre sœur Thao, inscrite dans le cinquième groupe, est prête à partir.

VN1

 

Le président de la Conférence des évêques vietnamiens a envoyé à tous les diocèses du pays une lettre qui appelle tout le peuple à aider Ho Chi Minh Ville en envoyant de la nourriture, des légumes, des dons.

Eglises et congrégations sont devenues des lieux où recevoir et distribuer.

Bienfaiteurs et jeunes volontaires se sont mobilisés. Des personnes ont fait des repas et distribuer gratuitement la nourriture aux pauvres.

 

En écoutant l’appel de l’évêque « donnons-leur à manger », nous nous sommes demandées : qu’est-ce que nous pouvons faire pour répondre à cet appel du temps ?

VN3

 

Nous avons contacté des bienfaiteurs. Dès le lendemain, nous avons reçu des dons, de la nourriture et nous avons commencé à donner ce que nous avons reçu aux pauvres près de chez nous.

VN4Servir ensemble nous donne beaucoup de joie. Nous prions pour que personne ne soit oublié. Il y a de bonnes relations et des échanges entre voisins.

Devant notre maison, il y a un parc abandonné. Nous avons fait pousser des légumes, des feuilles vertes et les voisins ont participé aussi. Nous avons assez de légumes pour manger.

 

A partir du 23 août, près de 3000 soldats sont entrés dans Ho Chi Minh Ville pour appliquer un confinement strict : fermeture totale, personne ne sort plus dans la rue sauf les médecins, infirmières, les gens de l’état… On peut commander de la nourriture sur internet ou compléter des papiers : ce sont les soldats qui vont au marché pour les gens. Ils font aussi des tours dans les rues pour empêcher les gens de sortir.

VN2Ce temps est difficile avec beaucoup de souffrances, de faims, de séparations, les gens meurent sans voir leurs proches… Mais on peut aussi voir l’amour fraternel entre les hommes, la charité, le partage, la solidarité. Les sacrifices des médecins, infirmières et bénévoles. La générosité des bienfaiteurs, des volontaires. La joie de servir des religieux. Les témoignages de foi et de service des chrétiens…

Les voisins se connaissent, les gens ouvrent les bras pour ceux qui sont plus malheureux, les familles ont plus de temps pour rester ensemble… Des chansons sont composées et diffusées en vidéo pour soutenir le moral des gens. Chanteurs et musiciens jouent et chantent devant les hôpitaux et les lieux de confinement. Les malades et les gens les écoutent de la fenêtre de leur chambre.

Malgré les difficultés, nous mettons notre confiance, notre espoir dans le Seigneur.

Nous rendons souvent grâce à Dieu pour ceux à travers qui il nous comble de son amour et sa tendresse.

Nous sommes en communion avec tous les pays qui sont frappés par la Covid. Nous portons dans notre prière les souffrances des gens, et aussi les bonnes actions des personnes qui sont en service et se donnent sans compter.

La communauté du Viêt-Nam

Laisser un commentaire

16 − 2 =