Célébration de l’anniversaire de naissance de Mère Marie Joseph

Ce 9 mai marque la naissance de Marie MOREAU, la fondatrice des sœurs de la Providence de la Pommeraye. Sœur Marguerite G., nous commente une partie de sa vie.

 

En ce 9 mai 1788, quand la petite Marie a ouvert les yeux, ses parents ne pouvaient imaginer ni la tragédie qui s’abattrait bientôt sur le pays, cette révolution qui changera la face du monde, ni le destin de leur enfant, future fondatrice d’une Congrégation, aujourd’hui internationale.
La bourgade de la Pommeraye, traversée par une route qui mène du bocage à la Loire (l’autoroute de l’époque) s’ouvrirait-elle sur le large ?
Comment cette petite fille a-t-elle traversé les événements tragiques de la Révolution française ? L’absence de son père, au combat dans les guerres de Vendée, a sans doute été compensée par la présence sécurisante et aimante de sa mère. Dans sa famille, Marie a trouvé, une école de vie et de foi, un milieu ouvert et formateur qui a fait d’elle une femme discrète, silencieuse, capable de responsabilités.
Au sortir de la Révolution, toutes les familles ont dû se mettre à l’école de la paix, cette paix qui était à construire dans une région déchirée par des clivages, jusqu’au sein des familles. Un groupe de jeunes femmes, dont Marie, s’y est engagé ardemment comme en témoigne ce passage des constitutions de 1845 « A l’écoute de Dieu, à l’écoute des frères, en quelque lieu et sous quelque dénomination que ce soit ». Ce texte figure d’ailleurs dans notre livre de vie.
Et Marie a ainsi traversé la vie… Dans son esprit de foi, elle voyait en tout « la Main cachée de Dieu ». Puissions-nous la suivre sur ce chemin pour cultiver une approche positive de toute situation, un regard de foi tranquille en toute circonstance : confinement ou déconfinement !
Sœur Margueritte GOHIER

Un

Laisser un commentaire