Thérèse d’Avila et Jean de la Croix, témoins vivants pour notre temps

Nous sommes à la fin de ce parcours avec nos jeunes sœurs sur les chemins d’Avila. C’est à notre tour de porter haut le flambeau de la spiritualité vivante du Carmel auprès de nos frères et sœurs dans tous les continents assoiffés d’intériorité…

Béni sois-tu Seigneur pour toutes les grâces, les merveilles que tu nous as données durant ce pèlerinage. Sur les pas et les chemins de la vie de Sainte Thérèse de Jésus et de Saint Jean de la Croix, nous te rendons grâce.

J’ai été très heureuse de découvrir sur place les lieux où ces deux saints du Carmel ont vécu. Cela me donne du courage, de la force et de la joie pour suivre le Christ dans ma congrégation, le Carmel Saint Joseph.

A Alba de Tormes, lieu où Thérèse de Jésus est morte, et où reposent ses reliques, j’ai été très émue, et ses paroles me sont revenues à la mémoire : « le monde est en feu » … Ce fut l’occasion pour moi de prier pour la paix dans le monde et de chanter aussi avec Thérèse de Jésus :

Que rien ne te trouble, que rien ne t’effraie

Tout passe, Dieu ne change pas

La patience obtient tout

Celui qui a Dieu ne manque de rien

Dieu seul suffit.

 

Carmel Saint Joseph

 

 A la fin de notre parcours, je veux exprimer toute ma gratitude à nos responsables de nous avoir proposé de vivre ce pèlerinage sur les pas de nos guides dans la foi : Sainte Thérèse d’Avila et Saint Jean de la croix.

Ce temps de découverte de leur milieu me familiarise avec eux car ils m’étaient si distants par leurs œuvres.

J’ai été frappée par les nombreuses statues qui leur sont dédiées dans les différentes villes où nous sommes passées. La multitude des pèlerins sur leurs traces font d’eux des personnes vivantes, dont le témoignage de vie nous interpelle. Je suis profondément marquée par la vie de prière intense et continuelle de Sainte Thérèse et son écoute attentive de la voix du Seigneur dans le quotidien de sa vie. Et pour Saint Jean de la Croix à la vue de son ermitage j’ai été séduite par la qualité de sa vie intérieure et par son amour pour le silence dans sa quête de Dieu : « où es-tu caché Ami… »

Dans mon cheminement aujourd’hui c’est un nouveau départ avec cette assurance de la Madré « Que rien ne te trouble que rien ne t’effraie ……Dieu sel suffit »

Providence de la Pommeraye

Pour moi, le pèlerinage à l’Espagne fut en même temps une découverte, un apprentissage et un ressourcement spirituel.

J’ai découvert le pays et son histoire, la vie du peuple, les merveilleux paysages, surtout les montagnes couvertes des neiges, la beauté de l’art et de l’architecture : les statues, les vitraux, les églises, les cathédrales, très solides et debout depuis plusieurs siècles, l’art roman, le style gothique, le style baroque …

Je me suis ressourcé spirituellement, parce qu’à chaque couvent de fondation de Thérèse que nous avons visité, nous avons réentendu la vie de Sainte Thérèse et son message. J’ai surtout été touchée par le cheminement de Thérèse, de la peur à l’amour : de serviteur de la peur elle est devenue serviteur de l’amour.

J’ai découvert la vie de Saint Jean de la Croix à Durello et Segovie. J’ai beaucoup aimé le tableau dans l’Eglise des carmes de Ségovie. Il résume l’œuvre de Saint Jean de la Croix : Le cantique spirituel, la nuit obscure, la vive flamme, la montée du carmel et la poésie de la source.

Je remercie toutes les sœurs qui ont participé à ce pèlerinage.  Nous avons vécu comme les sœurs d’une même congrégation et nous avons fait communauté. Merci particulièrement à Sr Françoise qui nous a traduit toutes les visites, à Sr Catherine qui nous a aidées à comprendre ce que nous voyions, à Sr Cécile pour la liturgie et son amour de Jean de la Croix. Enfin, merci à Zoé et Agnès pour leur aide en liturgie.

 Carmel Saint Joseph

Laisser un commentaire

5 + 18 =