Engagement dans la branche séculière

Le 16 août dernier à Dédougou dans la Région Afrique, Catherine DAMOUE et Elisabeth PARE, toutes deux burkinabés ont fait leur premier engagement dans la branche séculière de la Congrégation de la Providence de la Pommeraye. Elles nous partagent leur joie de faire partir de la Famille de la Providence.

Je suis Catherine DAMOUE de la paroisse d’Oury diocèse de Dédougou. Je suis bibliothécaire au lycée Municipal de Dédougou depuis octobre 2007. Le lycée compte environ 1600 élèves répartis en 25 classes.

C’est à l’engagement de Denise TINGUERI en 2010 qui j’ai découvert la branche séculière de la Providence. Cela correspondait à ma recherche. La même année, j’ai demandé à mieux connaître cette forme de vie. J’ai donc commencé mon cheminement et ma formation en vue de la consécration. J’ai été accompagnée dans cette recherche. J’ai fait ce chemin avec Elisabeth PARE. Au bout de six ans de formation, j’ai demandé à faire mon premier engagement. Nous avons vécu (Elisabeth Paré et moi) une belle récollection et une retraite qui nous a permis d’être spirituellement et moralement préparées pour la célébration de ce 16 août 2016 à Dédougou. C’est avec beaucoup de joie que nous avons accueilli les sœurs, les parents et amis à nos côtés. Ils sont venus prier avec nous et pour nous. Nous avons aussi bénéficier de la présence et du soutien de prêtres venus participer à notre action de grâce.

Au cours de la célébration eucharistique nous nous sommes engagées entre les mains de sœur Mariannick CANIOU, Supérieure Générale des sœurs de la providence de la Pommeraye. Nous lui disons un sincère merci et à travers elle, notre reconnaissance va aussi à toutes les sœurs de la Providence qui nous accueillent aujourd’hui dans la grande Famille de la Providence. En cette année de la Miséricorde, notre joie est profonde d’avoir rencontré Celui qui nous a aimées le premier.

Après la messe, nous avons pris un repas fraternel avec les sœurs, les parents, amis et voisins. La fête s’est terminée par une abondante pluie.

Je m’appelle Elisabeth PARE. Je suis infirmière à Koudougou. Le 16 août dernier, dans sa grande bonté, le Seigneur est venu m’envelopper de sa grande lumière et de sa sainteté. En moi jaillit ce chant d’action de grâce : « De mon cœur a jailli ce beau poème : ma vie tout entière, je l’offre au Seigneur ».

Le 16 août était la date choisie pour la cérémonie de notre engagement. Pour me préparer à cette première consécration dans la branche séculière, j’ai vécu un temps de recollection. Ce temps a été comme une invitation à me laisser saisir chaque jour par Dieu et à dire comme Marie : « Voici la servante du Seigneur ; que tout se fasse pour moi selon ta Parole » (Luc 1,38).

Le jour de la célébration, j’ai été heureuse de me savoir soutenue et accompagnée par l’assemblée qui participait à l’eucharistie. La présence des prêtres, religieuses, parents et amis a été réconfortante pour moi. Je voudrais continuer avec audace ce chemin de mon baptême, confiante dans le Seigneur qui nous dit : « je suis le chemin, la vérité et la vie. » (Jean 14, 6). Je demande au Seigneur de fortifier les pas de chacun là où il l’a envoyé en mission.

Ma consécration, je voudrais aussi la vivre dans mon métier d’infirmière où je suis au service des membres souffrants du corps du Christ. Chaque fois que j’accueille, écoute et soigne mon prochain malade, le Seigneur me rappelle toujours que je suis à son service.

Après la belle et priante célébration eucharistique, plusieurs personnes m’ont dit qu’elles connaissaient de manière très vague cette forme d’engagement dans l’Eglise. Ce qu’elles ont vu et entendu leur a permis de découvrir un peu plus la richesse des vocations dans l’Eglise. Je comprends que nous avons vécu une journée des vocations. Les membres de ma famille qui étaient présents se sont vraiment sentis comme membres de l’Eglise. Certains m’ont dit ceci : « Marie Elisabeth, tu es notre sœur, mais nous sommes surtout venus à ta consécration avec des cœurs de baptisés et nous repartons tout joyeux pour témoigner. » Je suis heureuse de les voir prendre cet engagement. En effet, tout baptisé est disciple du Christ, et tout disciple du Christ est un missionnaire, un envoyé.

Que le prophète Elie, ainsi que tous les saints et saintes du Carmel intercèdent pour nous ainsi soit-il.

Laisser un commentaire

douze − 5 =