D’Antananarivo à Fianarantsoa, je t’ai aimée Mada.

Thanh Thuy a commencé son Année Internationale par le temps de stage. Elle a rejoint la communauté de Fiana où elle participe à la vie et à la mission des sœurs dans ce lieu. La beauté si humble et dépouillée de la grande île l’a séduite. Rien de plus merveilleux qu’un poème pour rendre l’indicible. Laissons-nous emporter par les talents cachés de notre soeur…

Mada, Mada, depuis cinq mois
Je me préparais à te voir
Me voici pour la première fois.

Je suis arrivée chez toi
A Antananarivo, j’ai vu ta pauvreté
Cette terre me semble familière.

D’Antananarivo à Fianarantsoa
Je t’ai regardée, tu m’as frappée
Tes petits enfants aux pieds nus
Toujours dans la rue, des beaux sourires
Tes enfants ont peu à manger
Mais généreux à se donner.

Le développement, un mélange douloureux
Les conditions de vie, ô l’humanité,
Cette pauvreté, voilà ta réalité.

Ta beauté si humble et dépouillée
Je t’ai aimée, je ne sais
Mais tu as pris place dans mon cœur.

Thanh Thuy

Laisser un commentaire

2 − 1 =