D’Antananarivo à Fianarantsoa, je t’ai aimée Mada.

Thanh Thuy a commencé son Année Internationale par le temps de stage. Elle a rejoint la communauté de Fiana où elle participe à la vie et à la mission des sœurs dans ce lieu. La beauté si humble et dépouillée de la grande île l’a séduite. Rien de plus merveilleux qu’un poème pour rendre l’indicible. Laissons-nous emporter par les talents cachés de notre soeur…

Mada, Mada, depuis cinq mois
Je me préparais à te voir
Me voici pour la première fois.

Je suis arrivée chez toi
A Antananarivo, j’ai vu ta pauvreté
Cette terre me semble familière.

D’Antananarivo à Fianarantsoa
Je t’ai regardée, tu m’as frappée
Tes petits enfants aux pieds nus
Toujours dans la rue, des beaux sourires
Tes enfants ont peu à manger
Mais généreux à se donner.

Le développement, un mélange douloureux
Les conditions de vie, ô l’humanité,
Cette pauvreté, voilà ta réalité.

Ta beauté si humble et dépouillée
Je t’ai aimée, je ne sais
Mais tu as pris place dans mon cœur.

Thanh Thuy

Laisser un commentaire

deux × 1 =