Communauté nouvelle en Haïti

Les Pères de St Jacques ont demandé à la Congrégation d’ouvrir une communauté en Haïti pour participer à leur mission d’accueil et de soutien de la population locale. La congrégation a décidé de risquer l’aventure et des sœurs ont accepté de s’y embarquer. Mais avant de s’envoler pour Port au Prince, les sœurs sont parties en Bretagne en compagnie de Sœur Mariannick Caniou Supérieure Générale et de sœur Marie Sidonie Conseillère générale chargée de la mission à Haïti, rencontrer les Pères de Saint Jacques pour un temps de présentation et une approche globale de la mission qui les attend. Yvette Vocat a participé à cette rencontre. Elle nous partage dans un style poétique la richesse de ce vécu, célébration d’une collaboration naissante.

 

Quel bon et riche weekend que celui du 9 et 10 janvier ! Les sœurs en partance pour fonder une communauté en Haïti se retrouvaient, accompagnées de Mariannick et Marie Sidonie, avec le Conseil plénier des Pères de saint Jacques, à Landivisiau.

L’enjeu de la rencontre : mieux se connaître et affiner une collaboration pour la mission.

Simple témoin, j’ai vu le rideau se lever sur quelques scènes d’Evangile :

1er tableau : la Visitation (Luc 2) Appel du Seigneur, grande volonté de correspondre à celle de Dieu ; disponibilité pour servir la cause de Jésus Christ dans les petits qu’Il chérit.

2ème tableau. Jésus appelle ses apôtres dans la diversité des situations et des tempéraments. La communauté sera internationale et intergénérationnelle : deux soeurs « en herbe », la première, Geneviève, arrive tout juste d’Abidjan après trois mois de voeux temporaires ; la deuxième vient du Viet Nam, Cam Thuy, diplômée infirmière depuis le 24 décembre et encore jeune professe. Mayra a quitté le Honduras d’où elle est native toute ouverte à l’aventure ; puis deux ainées, Rolande et Marie Thérèse, qui ont roulé leur bosse en divers pays, de la Réunion à l’Amérique Centrale  en passant par l’Afrique de l’Ouest et Madagascar…Tout ce bon monde est prêt à parler Créole comme n’y manquent pas les Pères Haïtiens qui eux ont quitté leur pays d’origine pour vivre ailleurs, en France et au Brésil.

3ème tableau. Dans l’Evangile de Luc qui sera lu le 24 janvier, jour du départ des soeurs. Luc reprend tout ce qui s’est passé avec Jésus parmi les hommes… C’est ce que nous avons vécu en cette fin de semaine : échanges, questions, réflexions ; un temps simple et chaleureux, un souci de l’autre avec un grand respect. Chacun, chacune essaie de parler ou de découvrir « le mystère de ce pays ».

Un peu d’histoire pour expliquer un climat sociopolitique aujourd’hui instable avec beaucoup de violence et autant de tendresse… ; un  peu de géographie laisse entrevoir un pays montagneux difficile à cultiver ; un peu de démographie montre un peuple jeune, à la joie contagieuse qui reste debout au milieu des  difficultés et cherche à créer la vie envers et contre tout avec une foi reconnaissante en toutes circonstances.

4ème tableau- 10 janvier 2016 Envoi en mission « En ce temps là, le peuple venu auprès de Jean Baptiste était dans l’attente » (Baptême de Jésus, Luc, 3 15).

Et moi, simple témoin j’ai entendu dans l’homélie du Père Paul, supérieur général : « Jean Baptiste transparent d’humilité, à peine une boussole… ..». Et j’ai senti l’esprit de la mission qui se dégage de cette aventure partagée. Et j’ai saisi l’urgence de la mission, je dis bien l’urgence, non la précipitation, mais l’ardeur, la volonté de saisir la vie dans l’instant qui passe, la saisir, la capter, la propager, la soutenir… Quelle intensité cette eucharistie !

Que l’Esprit dise le reste. Pour ma part, j’ai vécu très fort le fait que « contempler c’est devenir » et que même si j’avais voulu rester à côté de ce temps, je n’aurais pas réussi.

Voilà, la Congrégation élargit sa tente. Elle risque l’aventure sans être seule. Mon coeur se dilate avec elle. Que le Seigneur trouve en elle sa joie !

Yvette Vocat

Laisser un commentaire

15 + 4 =