Béatification du P. Marie Eugène

Le 04 février dernier, l’Eglise nous donnait comme figure de sainteté pour notre pèlerinage de foi, le Bienheureux Père Marie Eugène de l’Enfant Jésus. Sr Cécile RETHORE et Sr Francine GROS, en communauté au Man ont eu le « bonheur » d’avoir été sollicitées par Sr Mariannick CANIOU, supérieure Générale, pour représenter la congrégation à sa béatification. C’était en novembre dernier A Avignon. Père Marie Eugène, aujourd’hui Bienheureux, Carme déchaux, est le fondateur de l’institut « Notre Dame de Vie ». La célébration eucharistique au cours de laquelle il a été déclaré bienheureux a eu lieu à Venasque (dans le sud de la France, non loin d’Avignon). Écoutons les sœurs nous raconter la journée et leur joie d’avoir participer à cette célébration…

Il nous a fallu un long voyage de 9 heures de route pour arriver dans la belle ville d’Arles ! Heureusement, nous étions attendues par des amies de Francine. Ce fut aussi l’occasion pour nous de faire connaissance avec nos « hôtesses d’accueil », « jeunes sœurs du Congo qui sont arrivées il y a 6 ans à Barriol. Elles nous ont reçues simplement et joyeusement. De quoi nous mettre à l’aise. Nous avions retrouvé la maison où des sœurs de la congrégation ont vécu et œuvré jusqu’en 2007. Pour Francine, ce fut un « retour aux sources » et aussi pour moi qui suis allée là-bas à plusieurs reprises depuis Aix-en -Provence. Cette escale fut bienfaisant. Nous avons passé une nuit bien reposante. Nous étions en formes pour vivre au mieux la journée de Béatification du Père « Marie Eugène de l’Enfant Jésus ». Francine n’a pas eu de mal à reprendre le volant le lendemain matin. Nous sommes arrivées sans trop de difficultés au parc des expositions qui se trouve au-delà d’Avignon. C’est là qu’a lieu la célébration. Le parc étant insuffisant pour accueillir les 10.000 pèlerins, un autre chapiteau fut dressé. C’est donc dans le chapiteau que nous prenons place pour participer à l’eucharistie. Tout avait été bien prévu par les organisateurs de cette fête. Nous suivons la messe grâce aux panneaux de retransmission.

La procession des prêtres entra dans l’enceinte du parc des expositions au coup onze heures. Ce fut très impressionnant de voir tous ces prêtres et évêques avancés à l’autel. Ils étaient autour de 700 selon les organisateurs. Tous les continents étaient représentés excepté de l’Océanie. Cela témoigne de la grandeur du rayonnement du père Marie Eugène.

Lorsque tous eurent pris place dans le chœur, s’ouvre alors le rite de la Béatification commença une fois la procession terminée. Elle se passe en plusieurs étapes. Le Père CATTENOZ, archevêque d’Avignon a fait la demande de la Béatification, puis le père Louis Menvielle a tracé la biographie du futur bienheureux. Une fois la présentation terminée, le cardinal Angelo AMATO a lu la lettre apostolique qui fut ensuite remise au postulateur, au père général de l’ordre du Carmel, au provincial d’Avignon-Aquitaine, et aux responsables généraux de l’Institut Notre-Dame-de-Vie. Nous avons alors pu voit se dévoiler le portrait du bienheureux Marie-Eugène de l’Enfant Jésus. Ce geste fut accompagné des applaudissements nourris. Les reliques du Bx furent encensés et déposées près de l’autel pendant que l’assemblée chantait : « Je te suivrai sur le chemin de la foi. Avec l’Eglise en prière, je veillerai. » Après les échanges d’usage, commença la célébration eucharistique. Elle a été simple et solennelle à la fois. Tous pouvaient chanter et de cette façon s’unir à la joie de l’Eglise universelle, bien représentée en ce jour d’allégresse. A la fin de la célébration, il a été annoncé le jour où le père Marie Eugène sera fêté ce sera le 4 février. Le père Cattenoz au nom de tous à remercier le Saint père.

Quant à nous, nous avons eu l’agréable surprise, en sortant de la célébration, de rencontrer Annie Duffaure. Elle était venue avec un groupe d’Agen. Elle nous a rappelé que le Père Marie Eugène était connu de celles et ceux qui l’avaient accueilli dans leur diocèse d’Agen, il y a des années.  Les souvenirs de son passage restent présents au cœur de toutes celles et ceux qui l’ont apprécié. Les reliques du Bienheureux Marie Eugène furent emmenées en fin d’après-midi « chez lui » à Venasque, dans sa famille spirituelle.

Enfin, pour celles d’entre nous qui ont connu Edith Liebman. Elle avait commencé un début de vie religieuse chez nous, à la Pommeraye. Elle est membre de Notre Dame de Vie. Je n’ai pas pu la saluer, à mon grand regret. Aussitôt terminée la célébration, le groupe des sœurs très âgées, dont Edith fait partie, est reparti à Venasque, dans leur maison de retraite.

Francine et moi sommes heureuses d’avoir vécu une telle célébration universelle. Nous avons pris le chemin du retour vers Arles. Ce soir-là, nous avons pris le repas avec les trois jeunes sœurs africaines. Ce sont elles qui nous ont remplacées dans ce lieu. Ce fut un moment simple et joyeux à la fois. Ce sont des femmes vraiment accueillantes et ouvertes. Après une nuit de repos bien mérité, nous sommes arrivées à Angers sans problème. Heureuses d’avoir vécu de si beaux moments en Eglise universelle, grâce à l’appel que nous avait fait Mariannick, ce dont nous la remercions vivement.

En union avec vous toutes,

Francine et Cécile.

Laisser un commentaire

12 + dix-sept =